Slideshow contact

Michèle
Nguyen

Ecrivain - Conteuse

La voyageuse

La Voyageuse : la première intuition

Des images me viennent..Celle notamment d'un livre blanc.

Une histoire d'amour qui se dit à travers l'écriture d'un spectacle

Des mots qui s'échangent entre une mère et son enfant pour tenter de combler l'absence.

La distance.

Un livre aux pages blanches où se projettent tous les rêves,

toutes les envies, toutes les peines et les joies,

Un livre pour se relier

 

mars 2013

 

 

Ma collaboration avec Sophie Museur

 

 

Sophie et moi, nous nous sommes rencontrées il y a bien longtemps...

Elle avait alors 19 ans et moi 22.

Nous étions élèves au Conservatoire Royal de Mons.

Sophie était tellement différente de tous. Elle était la rage. Elle était la beauté. L'obscurité.

Elle était la vie.

Après 3 mois, j'ai fuit le Conservatoire. Je dépérissais.

Sophie l'a fait aussi, 6 mois plus tard.

 

Quand j'ai retrouvé des traces de Sophie, j'avais 25 ans. A l'école Internationale de Théâtre Lassaad.

Elle avait fini les cours depuis 2 ans. Elle jouait déjà dans différentes compagnies.

Elle abordait sa première mise en scène.

Nos chemins ne se sont jamais vraiment croisés.

Il a fallu ce jour de janvier 2015 pour que son nom soudain s'impose à moi comme une évidence.

En fait, c'est un souvenir qui a surgi.
Quand nous étions sur les bancs du conservatoire, Sophie m'avait raconté que sa grand mère lui avait appris la couture.

Elle lui avait appris à se faire une robe. Mais pas à la machine ! Ah ! Non, à la main !

Sophie avait passé des heures à faufiler chaque couture et puis à coudre, à découdre, à recoudre avant de pouvoir enfiler la robe de ses rêves !!!

 

J'avais été touchée par cet apprentissage. La profondeur de cette transmission.

Je ne connaissais pas le travail de metteur en scène de Sophie. Je n'avais que ce souvenir qui était resté associé au nom de Sophie.

La patience et la rigueur pour réaliser une oeuvre.

 

Sa plus grand qualité pour moi est son écoute et sa disposition naturelle à la recherche.

Tout était possible.

Elle a accepté les 120 versions du texte que je lui ai envoyée en 10 mois.

Elles les a lues, détecté ce qui était juste et ce qui empêchait la compréhension

Ce qui perdait, embrouillait les pistes

Elle m'a écouté, m'a regardé les tester sur le plateau.
Elle a tiré le fil de chacune.

Elle les a tricoté. Jusqu'à ce que ce fil soit plus solide qu'un fil d'acier

Et ce fil elle ne l'a plus lâché.

Celui de la transmission.

D'une mère à sa fille, d'une grand-mère disparue à sa petite fille

Cette lumière intérieure qui se transmet tout autant par les mots,

que par l'infime détail du quotidien.

 

Elle a exigé la rigueur du texte

elle a exigé que ma voix soit la mienne et non celle d'une enfant

elle a autant mis au travail la femme, la mère, l'écrivain, la comédienne

 

Je dois à Sophie d'avoir cru et porté le projet jusqu'au bout. Malgré mes doutes, mes ruades, mes remises en question incessantes.

J'étais la Pénélope de la nuit qui défaisait, mettait sans cesse en danger la structure

et elle la Pénélope du jour qui reposait les bases, voyait plus loin, illuminait de son regard.

 

 

Sophie Museur et La Voyageuse :

 

 

C'est vrai, ce n'est pas facile de débarquer dans un projet où l'écriture se cherche encore et encore

et pourtant dans ce cas ci, cette longue réflexion commune autour de l'écriture

a été le plus juste et le plus passionnant

Comment mettre à nu autrement la façon dont l'écriture se nourrit et puis va au-delà ?

Ma tâche a été de laisser Michèle chercher jusqu'au bout tout en étant un appui dramaturgique

Cet accompagnement au plus près du processus d'écriture a permis d'aller très loin

dans le tissage des histoires, des souvenirs vécus, inventés, du quotidien transformé

Pour moi, ce spectacle permet aux spectateurs de vivre cette transmission qu'est l'écriture,

cette transmission complexe qui passe par nous et malgré nous

ou tout au moins avoir une approche de ce que cela peut être

C'est pourquoi la présence du papier sur scène m'est très vite apparue comme une évidence,

un support fondamental

Lui seul peut exprimer comment le récit prend forme dans notre imaginaire,

se pose en lettres sur du papier, comment un personnage soudain émerge de la page

et s'incarne sur scène

Et puis qui mieux que le papier peut faire sentir la fragilité d'un être ou d'une relation?

Qui mieux que lui peut nous faire pressentir la déchirure?”